daolnwod.net
Image default
Santé

Covid-19 : Les nouveaux dispositifs « solidaires »

Notez cet article

La période de crise sanitaire face à l’épidémie du Covid-19 est l’une des importantes de ces dernières décennies. Et la période de confinement semble de plus en plus retardée au vu du contexte actuel. Pour autant, les initiatives de chaque particulier et de chaque entreprise permettent de constater un élan solidaire rarement observé.

Les soignants de plus en plus épaulés

La crise du Covid-19 qui touche la France depuis plusieurs semaines maintenant, permet de constater un nouvel élan solidaire entre particuliers, entre professionnels, entre entreprises, entre privé et public. Et la première ligne de front dans cette « guerre » annoncée par le Président de la République Emmanuel Macron, lors de son discours du 22 mars 2020, est composée de soignants, médecins, infirmiers et infirmières, auxiliaires de vie. Alors la générosité des français envers leurs nouveaux héros n’a pas été très longue à se faire ressentir.

Les restaurateurs qui délivrent des repas aux personnels hospitaliers, les écoles qui font office de crèches provisoires pour les enfants des soignants, les entreprises artisanales et de manutention qui confectionnent des masques, respirateurs, équipements de soins, le tout bénévolement, et même des campings qui offrent des nuitées gratuites pour toute la saison estivale aux soignants, ces héros du Coronavirus.

Des initiatives solidaires qui offrent naturellement des perspectives d’espoir et un engouement tout particulier pendant cette période de confinement total. Et la première des initiatives qui a pu offrir du baume au cœur à ces héros les soignants, c’est bien sûr le simple applaudissement de 20h retentissant jusqu’aux cliniques privées et hôpitaux publics.

Argent et économie : Fonds de solidarité et prêts de secours

Si les premiers gestes, les premières mains tendues, sont tournés vers les soignants et personnels hospitaliers de toute nature, il est également d’autres actions solidaires attribuées aux entreprises comme aux particuliers. En cette période de crise d’urgence sanitaire, l’économie du pays est particulièrement impactée. Pour autant, le gouvernement a su réagir face aux incertitudes des français, et le pouvoir d’achat des ménages n’a jamais été aussi important qu’au cours de ces dernières semaines.

Le fonds de solidarité, destiné tout particulièrement aux TPME (Très Petites et Moyennes Entreprises) permet à la fois de garantir un financement rapide pour les entrepreneurs, mais également de repousser les échéances actuelles sur les prêts en cours. Par l’intermédiaire de la FNAM (Fédération nationale des associations de micro-crédits), l’Adie a mis en place un plan de « prêts de secours » pour toutes entreprises décrétées en état d’urgence financière. Les bénévoles au sein de l’association sont des centaines à l’échelle nationale pour offrir un temps d’écoute et de dépôt de dossier à tout moment. Les échéances sont ici présentées jusqu’à 24 mois.

Auprès des particuliers, les micro-crédits et crédits rapides 24h sont également des solutions apportées pour subvenir à ses besoins, continuer à rembourser son emprunt, avec un chômage partiel qui permet parfois de ne percevoir que 84% de son salaire brut. Le crédit pour interdit bancaire est également une manœuvre solidaire accordée par de nombreux organismes du privé, afin de pérenniser la viabilité des ménages. Les primes d’État, la hausse des allocations familiales ou encore du RSA, ainsi que l’indemnité journalière pour les travailleurs indépendants, auto-entrepreneurs, sont autant d’actions qui mettent une nouvelle fois en exergue les fortes actions sociales en France.

Les petites initiatives amenées à perdurer

Il est très facile aujourd’hui, de constater depuis son pavillon, le balcon ou la fenêtre de son appartement, les multiples actions et gestes de solidarité qui se multiplient. Entre voisins, les mains tendues sont nombreuses, notamment auprès des personnes les plus vulnérables, à mobilité réduite, par des actes bénévoles en tout genre. Les associations d’aide à la personne n’ont jamais eu autant à organiser de réunion de recrutement ou d’affectation pour des bénévoles de plus en plus nombreux chaque jour.

Le système de drive des hyper et super-marchés sont devenus monnaie courante, et cette tendance s’est même étendue jusqu’aux petits commerces de proximité. Les livraisons se multiplient, les boulangeries délivrant leur pain tout chaud du matin à tous les particuliers passants commandes par téléphone. Certains policiers municipaux, très peu débordés par les petites infractions du quotidien, réalisent eux aussi les courses pour leurs concitoyens. Et les sites comme applications mobiles d’entraides entre voisins ne cessent de connaître un afflux d’abonnés. Des petites initiatives qui seront assurément amenées à perdurer lorsque l’après-confinement sera déclaré !