daolnwod.net
Image default
High-tech

Growth hacking une nouvelle façon de dire marketing

Notez cet article

Pour développer une entreprise, le growth hacking est souvent évoqué en tant que solution miracle. De quoi s’agit-il exactement ? Comment fonctionne-t-il en réalité ? Quel genre d’outil utilise-t-il pour donner un meilleur résultat ? Le growth hacking est une nouvelle manière de dire marketing. C’est ainsi qu’il a également été nommé growth marketing. Cet article va le présenter de manière générale.

Qu’est-ce que le growth hacking ?

Le Growth Hacking est une technique de webmarketing. Il a été importé des USA. Depuis sa création en 2010 par Sean Ellis, il est devenu un vrai phénomène dans ce pays. Depuis, plusieurs articles et livres lui ont été consacrés. Ces dernières années, le growth marketing est devenu une révolution incontestable du marketing. Il constitue un sérieux atout pour les professionnels. Cette méthode du marketing digital avantage l’invention et l’imagination plutôt que les moyens financiers. Elle consiste à booster la réputation des entreprises en marche et des startups. Elle consiste également à regrouper les nombreux techniques marketings qui visent à créer rapidement de la croissance avec AARRR. Entre autres, le principe du growth marketing a permis à plusieurs entreprises de se développer à une vitesse phénoménale. Il est utilisé par tous les startups et les grands noms du web comme Facebook, Snapchat, etc. À leurs débuts, ces derniers ont utilisé cette technique digitale inédite. Celle-ci a contribué aux succès de chacun d’eux. Le growth marketing utilise l’inbound marketing ainsi que les techniques commerciales pour susciter un effet de levier parfait. Il permet de générer une croissance rapide à faibles coûts. De même, il accroît la réputation et la notoriété d’un site internet en usant de la publicité et des diverses chaînes de communication. Ce dernier s’appuie ainsi sur les techniques de référencement pour optimiser sa visibilité. Les réseaux sociaux assurent ainsi leur promotion.

Des exemples précis ayant réussi le growth hacking

Le growth hacking a été lancé par le chargé du Marketing de Dropbox, Sean Ellis. Quelques années après son lancement, Hotmail signe ses mails avec une phrase comme PS : I Love You. Get Your Free Email at Hotmail. À travers cette signature, il avait pour objectif d’inciter ceux qui reçoivent les courriels à utiliser ses services. En seulement un mois, Hotmail a réussi à gagner un peu plus de 20.000 utilisateurs. En un semestre, il en a eu un million. En huit mois, cela a augmenté à deux millions alors qu’une opération pareille n’a même pas coûté un dollar à l’entreprise. Quant à Dropbox, il a mis en œuvre un système qui a permis à ses utilisateurs de gagner 500 Mo d’espace non payant chaque fois qu’une relation installe son service. Cet espace gratuit a été limité à 16 Go. De même, chez l’entreprise Twitter, un exemple de growth hacking a été trouvé. Il avait été axé sur la rétention et l’activation des utilisateurs. Comme il a été constaté qu’un utilisateur n’active Twitter que lorsqu’il y suit au moins une vingtaine de personnes, l’entreprise a installé des suggestions de personnes que l’utilisateur pourrait suivre. Cela s’affichait au moment même de l’inscription. Ces exemples sont exhaustifs, mais il y en a encore bien d’autres.